L’histoire des Céramiques de Lussan

Heidi CAILLARD née en 1932 à Bâle en Suisse, fit les beaux arts (Art et métier de Bâle) de 1949 à 1954 puis l’École de Céramique  de Lausanne en 1962.

En 1968, elle s’installa à Blauzac, un village à côté d’Uzès. Pour ouvrir au cœur du Village un petit atelier de poterie et sa salle d’expo attenante. Un client, Daniel CAILLARD, militaire à la base de Garons (Nîmes) devint alors son mari.

 

En 1971, naissance de leur premier enfant: Adrien. Cette même année, ils achetèrent un Mas entièrement en ruine à Lussan. Ce Mas a appartenu un temps aux ancêtres de l’écrivain André Gide.

 

Le couple entreprit pendant 10 ans la rénovation du Mas et c’est en 1974 au milieu du chantier que furent transféré l’atelier et la boutique.

En 1994, Adrien CAILLARD reprît l’activité, dans un premier temps pour seconder Heidi, puis par passion du métier dans un deuxième temps. Rien n’avait de secret pour lui, et le savoir faire fut acquis rapidement.

 

Il développa l’activité en optimisant l’emballage. Il structura également l’ensemble de la fabrication tout en gardant intacts tous les gestes manuels liés directement à l’objet. Ces évolutions permirent alors la livraison aux professionnels. Puis, la présence au Salon International de Déco à Paris (Maison et Objet) ainsi que les nombreux articles dans la presse firent une renommée mondiale au petit atelier de Céramique.

 

En 2000, un atelier supplémentaire fut construit selon une architecture identique au Mas. Une magnifique charpente de Daniel Sechet  (atbc.fr) rendant disponible 200 m² sans aucun poteau.

 

Aujourd’hui toute une équipe est présente pour vous servir et pérenniser l’activité. Heidi, malgré son âge, continue de temps à autre de proposer de nouveaux modèles.

 

Adrien développa en 2011 une nouvelle activité. Un concentré de son savoir, acquis à travers le métier et sa passion pour l’artisanat : La roulotte d’Adrien

 

Évidemment la création la plus connue est la Pintade. Pour beaucoup, il y a maintenant  la « Pintade de Lussan ».

La Pintade est née de l’imaginaire d’Heidi depuis  sa présence à l’École. La volaille, la vraie, était déjà présente dans son jardin. L’idée d’en faire une séduisante sculpture stylisée lui est venue naturellement, dans un premier temps. Mais la réalisation a nécessité de longues journées d’ébauche, de construction, de déconstruction … afin d’obtenir la forme … parfaite.

 

Ce travail s’est reproduit pour tous les modèles présents ici. Ce site vous permet également de les découvrir. Car ils ont également beaucoup de succès dans nos magasins de Lussan et d’Uzès. Mais ils sont simplement moins diffusés et surtout moins plébiscités.